Vendredi fou : phénomène publicitaire

Publié le novembre 23, 2016

Après le mardi fou du 8 novembre 2016… se vit aujourd’hui, et ce, à travers le monde, une autre journée folle (et plus joyeuse !) importée de nos voisins les États-Uniens :

Le Black Friday
Le phénomène est né autour des années 60 aux États-Unis. Au lendemain du jeudi du Thanksgiving, il donnait le coup d’envoi du magasinage des Fêtes. Promotions très agressives dans les commerces, soldes spectaculaires, avec des rabais jusqu’à 85 % !

image3

Black Friday – La petite histoire
Pourquoi ce nom ? Parmi les explications les plus répandues, on raconte que, lors de cet événement majeur dans les commerces de Philadelphie, les embouteillages étaient monstres, les rues, bondées, carrément « noires de monde ». Pour les policiers, cette journée était exténuante, pénible et, à cet égard : noire. L’autre version, plus positive et réjouissante, exprime ce qui se produisait dans les chiffres des entreprises. Le Black Friday étant le jour où les comptes annuels des commerçants passaient du rouge au noir, du déficit au profit.

image1

Vendredi fou − Le Black Friday chez nous
Avec le temps, la frénésie est devenue internationale. Si l’événement suscite des mouvements de foule impressionnants dans certaines villes du monde, provoquant des empoignades, voire des bagarres générales, on se sent bien loin d’une telle intensité, ici, à Québec. En fait, le phénomène est encore très très récent (2011-2012) et on constate que les commerçants se trouvent un peu frileux à proposer des rabais aussi marqués que 85 % sur des produits qui suscitent réellement l’intérêt. S’ils le font, le rabais n’est souvent appliqué que sur quelques exemplaires seulement, qui s’envolent rapidement. Plus de risque de décevoir que de chance de faire vivre une expérience d’achat spectaculaire à une foule de clients en délire. Pour les clients, le Vendredi fou d’ici ressemble souvent plus à une vente comme les autres. L’impact pour le commerçant est donc, en général, plutôt tiède.

Et la folie du Cyber lundi, elle ?
Le Cyber Monday est le prolongement du Black Friday, à la différence que les achats s’y font uniquement en ligne. Il attire beaucoup de Québécois et ce nombre augmente d’année en année, faisant ainsi ce cette journée celle qui génère le plus gros chiffre d’affaires sur Internet. Des sondages indiquent que près de 42 % des Québécois internautes ‒ surtout chez les 18 à 34 ans ‒ profitent de cette journée et auraient dépensé près de 1,5 milliard $ en 2012. Généralement, les soldes du Cyber lundi sont bien réels et nombreux. Ex. : 60 % de rabais sur téléviseurs haut de gamme et de grandes marques. 

image2

Black Friday − En conclusion
La culture est récente : le meilleur pourrait certainement être à venir ! Cette journée, pour de nombreux commerçants à travers le monde, est la plus grosse journée de magasinage de toute l’année, une journée hors du commun. Comment en bénéficier ici aussi ? En revisitant nos stratégies. En osant plus ! En ne boudant pas le Black Friday, mais en embarquant à fond dans cette belle folie, qui vous le rendra bien ! Le mot d’ordre : offrir des rabais incomparables sur des produits incomparables.

Et vous, quel Vendredi fou passerez-vous aujourd’hui ?


(Source Canoé.ca – Agence QMI)